Automobile - Le Revenu Placements financiers, conseils ...

Les pseudo-trotskystes dans le camp de la contre-révolution - Clameurs hystériques sur le rôle de la Chine en Afrique (Décembre 2011)

https://archive.is/KpVgD
Le Bolchévik nº 198 Décembre 2011
En août 2009, Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat [chef de la diplomatie] américaine, faisait une visite en Angola à l’occasion de la signature d’un accord majeur entre le gouvernement dirigé par le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) et Chevron, le géant pétrolier américain. Clinton en a profité pour annoncer d’autres investissements venant s’ajouter à une précédente promesse de Washington d’aider à la construction de deux barrages hydroélectriques. Pour les nationalistes bourgeois du MPLA, ces accords représentaient en quelque sorte un tournant de la part des impérialistes américains. Depuis son indépendance, arrachée au Portugal en 1975, l’Angola avait été déchiré par une guerre civile dévastatrice pendant près de 30 ans. Durant une grande partie de cette période, les Etats-Unis avaient fourni un soutien militaire et financier aux forces de guérilla alliées à l’Afrique du Sud de l’apartheid qui menaient une guerre réactionnaire pour déloger du pouvoir le MPLA, alors soutenu par l’Union soviétique et Cuba. De plus, les capitalistes américains avaient fait montre de peu d’empressement à investir en Angola après la fin officielle de la guerre civile en 2002.
C’est dans un but précis que Clinton montrait un visage amical au gouvernement du MPLA : l’année précédente, l’Angola était devenu le premier partenaire commercial africain de la Chine, le plus puissant aujourd’hui des pays où le capitalisme a été renversé. L’Angola fournit à la Chine près de 15 % de son pétrole et devance l’Arabie saoudite comme principal exportateur de pétrole vers la Chine. En retour, Pékin fournit des crédits à faible taux d’intérêt pour construire des hôpitaux, des écoles, des systèmes d’irrigation et des routes. Des accords similaires ont été conclus avec d’autres pays comme le Soudan, l’Algérie, la Zambie et la République démocratique du Congo, pour assurer pétrole et minerais métalliques à l’industrie en pleine essor de la Chine continentale.
Pour les Etats-Unis et les autres puissances impérialistes, qui ont subi une défaite historique avec la Révolution chinoise de 1949, tout cela ne constitue pas un heureux événement. La Révolution de 1949, menée par une armée de guérilla paysanne conduite par le Parti communiste chinois (PCC) de Mao Zedong, a créé un Etat ouvrier, quoique déformé bureaucratiquement dès sa naissance. Avec la mise en place, les années suivantes, d’une économie collectivisée et centralement planifiée, les bases étaient jetées pour d’énormes progrès sociaux pour les ouvriers, les paysans, les femmes et les minorités nationales. Les impérialistes cherchent depuis 1949 à renverser le pouvoir du PCC grâce à une contre-révolution qui rétablirait en Chine une exploitation capitaliste sans entraves. A cette fin, ils utilisent les pressions et menaces militaires et soutiennent les mouvements et « dissidents » anticommunistes intérieurs et, depuis plus de 30 ans, ils ont pénétré l’économie de la Chine continentale grâce aux « réformes de marché » du PCC.
Quand les accords commerciaux et les accords d’assistance entre la Chine et les pays africains ont commencé à se multiplier il y a cinq ans, des voix impérialistes ont tiré la sonnette d’alarme. Paul Wolfowitz, le président de la Banque mondiale, fustigeait les crédits très favorables accordés par les banques d’Etat chinoises qui, protestait-il, ne remplissaient pas les « normes sociales et environnementales ». Cela de la part d’un homme qui, quelques années auparavant, avait compté parmi les principaux architectes des guerres de l’administration Bush en Afghanistan et en Irak ! Pour sa part, le quotidien britannique Daily Mail (18 juillet 2008) titrait avec des relents de guerre froide antisoviétique : « Comment la Chine est en train de s’emparer de l’Afrique et pourquoi l’Occident doit VRAIMENT s’en inquiéter ».
Cette campagne a provoqué en Chine un débat parmi certains universitaires et responsables gouvernementaux sur le rôle de la Chine en Afrique, évidemment dans les limites définies par la politique globale fixée par la bureaucratie stalinienne de Pékin. Un article intitulé « La pratique du concept diplomatique chinois de “société harmonieuse” – une analyse des rapports sino-africains ces dernières années », signé Ge Zhiguo, condamnait fort justement « la politique de l’Occident en Afrique depuis longtemps », qui non seulement « n’a pas donné à l’Afrique la prospérité et la stabilité », mais qui a « plongé beaucoup de pays africains dans un chaos et une violence ethnique prolongés » (Gaoxiao Sheke Dongtai [Perspectives de sciences sociales dans l’enseignement supérieur], troisième numéro de 2007 ; les traductions, y compris celle-ci, sont faites par nos soins).
Charniers du roi Léopold au Congo belge, camps de concentration britanniques au Kenya, soutien américain à l’apartheid en Afrique du Sud : le bilan des impérialistes occidentaux en Afrique se décline en massacres, travaux forcés et répression brutale des mouvements indépendantistes et des luttes ouvrières. De fait, cette barbarie avait pour précurseur la mise en esclavage des Africains au début du capitalisme mercantile. Loin de moderniser ces sociétés, l’asservissement impérialiste a renforcé leur arriération et leur misère. Faisant remarquer que les investissements de la Chine en Afrique ont de toutes autres motivations, Ge Zhiguo appelait Pékin à réformer certaines de ses propres méthodes, pour répondre au ressentiment des Africains vis-à-vis du traitement que subissent les ouvriers dans les entreprises chinoises et de la concurrence par le bas qu’imposent les entrepreneurs chinois aux entreprises locales.
Conformément au programme trotskyste, la Ligue communiste internationale est pour la défense militaire inconditionnelle de la Chine contre l’impérialisme et la contre-révolution intérieure. Nous soutenons le droit qu’a la Chine de faire du commerce pour obtenir ce dont elle a besoin afin de poursuivre son développement. Mais nous savons que les investissements de la Chine et ses programmes d’assistance sont déterminés, non par l’internationalisme prolétarien, mais par les intérêts étroitement nationalistes de la bureaucratie du PCC. Ceux-ci s’expriment fondamentalement dans le dogme stalinien de « la construction du socialisme dans un seul pays » et son corollaire, la « coexistence pacifique » avec l’impérialisme (que le PCC appelle aujourd’hui « société harmonieuse »). Opposé à la perspective de la révolution prolétarienne internationale, le régime du PCC s’accommode de l’impérialisme (il s’est notamment associé, comme nous allons le voir, aux Etats-Unis et à l’Afrique du Sud pour soutenir les forces antisoviétiques en Angola) et donne un soutien militaire et politique aux régimes bourgeois « amis » en Afrique et ailleurs qui répriment brutalement les ouvriers et les pauvres des villes et des campagnes.
Le rôle que joue la Chine en Afrique est contradictoire ; il reflète les contradictions qui assaillent la Chine elle-même en tant qu’Etat ouvrier à régime bureaucratique, dans un monde dominé par l’impérialisme. La défense et l’extension des acquis de la Révolution chinoise requièrent une révolution politique prolétarienne qui chassera la bureaucratie du PCC et la remplacera par un régime de démocratie ouvrière engagé à se battre pour le socialisme mondial.
La Chine n’est pas capitaliste
Dans le cadre de la campagne antichinoise des impérialistes, on trouve sur la gauche des « socialistes » comme le Comité pour une internationale ouvrière (CIO) dirigé par Peter Taaffe [sa section française, la Gauche révolutionnaire, fait partie du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) d’Olivier Besancenot] ou le Secrétariat unifié (SU) de feu Ernest Mandel [dont les militants en France sont à l’origine du NPA]. Dans un article daté du 30 mars 2008 (« La Chine en Afrique »), Alternative socialiste (SAV), la section allemande du CIO, accusait la Chine de n’être « qu’un joueur parmi d’autres » dans le « jeu » de l’exploitation des pays africains. SAV déclarait que « la Chine, comme les autres pays impérialistes, ne cherche qu’à exploiter leurs ressources et leurs marchés aussi efficacement que possible ». Dans la revue Inprecor du SU (décembre 2006-janvier 2007), Jean Nanga – présenté par ailleurs comme « militant marxiste révolutionnaire congolais » – dénonçait de même la soi-disant « ambition mondiale » de la Chine qui serait selon lui « motivée par l’intérêt capitaliste ».
Il n’est nullement surprenant que le CIO et le SU se soient enrôlés sans vergogne dans la croisade anticommuniste contre la Chine. Le SU et le prédécesseur du CIO s’étaient prostitués à la « démocratie » bourgeoise en acclamant toutes sortes de contre-révolutionnaires, soutenus par les impérialistes, qui s’étaient rangés contre les ex-Etats ouvriers déformés soviétique et est-européens, comme Solidarność en Pologne, ou la racaille réactionnaire qui s’était massée sur les barricades de Boris Eltsine à Moscou en août 1991.
Le SU concentre sa stalinophobie sur la Chine ; il encense des « dissidents » pro-impérialistes comme Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel de la « paix » et partisan des guerres menées par les Etats-Unis au Vietnam, en Irak et en Afghanistan (voir « Hongkong : Les pseudo-trotskystes encensent Liu Xiaobo, laquais des impérialistes », le Bolchévik n° 197, septembre). Nos camarades de la Spartacist League/Britain faisaient remarquer que, de son côté, le CIO a salué des émeutes anticommunistes au Tibet et a pris ouvertement la défense de Taiwan « démocratique » ; Taiwan, qui est capitaliste, est soutenu depuis longtemps par les impérialistes américains et japonais pour viser la République populaire de Chine (voir « La Chine n’est pas capitaliste », Workers Hammer n° 202, printemps 2008). Peter Taaffe aime déclarer pompeusement que la « transition » vers un capitalisme pleinement développé « n’est pas encore totalement achevée » (« Halfway House » [A mi-chemin], Socialism Today, juillet-août). Cela n’est qu’un peu de vernis pour couvrir le soutien concret et constant du CIO aux forces de la contre-révolution capitaliste.
Le tumulte sur le rôle de la Chine en Afrique a commencé à prendre une sérieuse ampleur en 2006 en réaction au conflit du Darfour dans l’Ouest du Soudan, qui a eu pour conséquence de nombreux massacres et le déplacement de quelque deux millions de personnes chassées de chez elles. Ce conflit avait pour cause immédiate les attaques de milices janjawid – qui sont basées sur des musulmans nomades – lancées par le gouvernement de Khartoum contre des forces de guérilla basées sur des populations d’agriculteurs également musulmans. Aux Etats-Unis, la droite chrétienne, les sionistes et nombre de libéraux en vue ont mené une campagne exigeant une intervention impérialiste pour « sauver le Darfour » et diabolisant la Chine qui a lourdement investi dans la production pétrolière soudanaise et qui a développé des liens étroits avec le régime d’Al-Bachir, à qui elle fournit des équipements militaires. Se joignant à cette cabale, l’article de 2008 de SAV se plaignait que « le régime chinois, qui importe 8 % de son pétrole du Soudan, a montré durant le récent conflit qu’il se soucie beaucoup de ses profits et beaucoup moins du sort de la population locale ».
Il est à noter qu’une campagne anticommuniste était l’un des facteurs qui ont poussé la Chine à se tourner de plus en plus vers l’Afrique pour son approvisionnement en pétrole. Cette campagne enragée, menée en grande partie par la bureaucratie syndicale américaine, avait réussi à faire capoter en 2005 le projet d’acquisition d’Unocal, une société pétrolière établie aux Etats-Unis, par la China National Offshore Oil Company. La section américaine du CIO, qui s’appelle aussi Alternative socialiste, s’était déjà jointe la même année aux actions anti-Chine en cosignant un tract appelant l’université de Harvard à désinvestir de PetroChina, une autre entreprise d’Etat chinoise, et d’Unocal.
Les tirades antichinoises des libéraux et des pseudo-socialistes sont peut-être populaires à Londres, à Paris et dans d’autres centres impérialistes, où la majorité de la gauche répand le mensonge que la Chine est capitaliste ou qu’elle en a irrémédiablement pris le chemin. Mais ce message ne passe pas aussi bien en Afrique. Là, l’aide chinoise à la construction d’hôpitaux, d’écoles et autres infrastructures contraste singulièrement avec l’héritage laissé par les vrais impérialistes : extrême pauvreté, arriération sociale, conflits tribaux et ethniques. Le dépeçage de l’Afrique par les puissances européennes lors de la conférence de Berlin de 1884-1885 avait signalé l’émergence de l’impérialisme moderne. Ainsi que l’expliquait Lénine dans l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916), les pays industriels avancés, à la recherche de matières premières et d’une main-d’œuvre bon marché, sont de plus en plus contraints d’exporter du capital vers les pays plus retardataires. La concurrence interimpérialiste qui en résulte a conduit à deux guerres mondiales et à d’innombrables aventures coloniales, au prix de destructions terribles et d’un nombre incalculable de morts.
On voit dans la valeur des marchandises créées que les investissements de la Chine en Afrique ont un objectif fondamentalement différent. Toute marchandise – depuis les produits miniers jusqu’aux biens manufacturés – possède à la fois une valeur d’usage (en tant qu’objet de consommation désirable) et une valeur d’échange (qui se reflète à peu près dans le prix du marché). Sous le capitalisme, les propriétaires des usines et autres moyens de production amassent des profits en embauchant des ouvriers pour produire des marchandises, dans le but d’augmenter la valeur d’échange. Les investissements de la Chine à l’étranger, qui sont financés par plusieurs banques d’Etat, sont motivés non par le profit mais par le besoin de matières premières pour ses propres industries collectivisées – c’est-à-dire l’extraction de la valeur d’usage.
Princeton Lyman, un fonctionnaire du Département d’Etat [Ministère des Affaires étrangères] américain, que l’on ne peut soupçonner d’être un marxiste, le reconnaissait dans un rapport présenté en 2005 à la commission Etats-Unis-Chine du Congrès :
« Pour promouvoir ses intérêts, la Chine utilise divers instruments d’une façon que les nations occidentales ne peuvent que lui envier. La plupart des investissements de la Chine se font à travers des sociétés d’Etat dont les investissements n’ont pas d’obligation de rentabilité en eux-mêmes à partir du moment où ils servent les objectifs globaux chinois. C’est ainsi que le représentant en Ethiopie d’une entreprise de construction chinoise d’Etat a pu révéler avoir reçu l’instruction de Pékin d’être moins-disant sur plusieurs appels d’offres sans aucune considération de profit. L’objectif à long terme de la Chine en Ethiopie est l’accès à de futurs investissements dans les ressources naturelles, et pas les profits des entreprises de construction. »
Le fait que la Chine prenne part au commerce mondial ne la rend pas pour autant capitaliste ou impérialiste. C’est parce que l’investissement chinois n’est pas motivé par le profit capitaliste que ses effets sont si radicalement différents de ceux que produit l’exploitation impérialiste des pays du tiers-monde. Martyn Davies, directeur du réseau Chine-Afrique à l’université de Pretoria en Afrique du Sud, fait l’éloge des Chinois, disant qu’ils sont « les plus grands bâtisseurs d’infrastructures » en Afrique (« Le prochain empire ? », Atlantic, mai 2010) ; c’est un sentiment que partage l’universitaire américaine Deborah Brautigam dans son livre extrêmement flatteur de 2009 sur le rôle de la Chine en Afrique, The Dragon’s Gift ([Le cadeau du dragon], Oxford University Press).
Les pressions du marché mondial
La nécessité pour la Chine d’importer des matières premières est devenue aiguë il y a une dizaine d’années, lorsque la Chine continentale a cessé d’être en mesure de fournir l’essentiel du pétrole et des minerais métalliques dont avait besoin son industrie, en raison de sa croissance économique en forte hausse. Du fait de sa politique de « mondialisation », la Chine importait en 2009 52 % de son pétrole et 69 % de son minerai de fer.
La situation de la Chine contraste avec celle de l’Etat ouvrier soviétique issu de la Révolution d’octobre 1917 qui avait été dirigée par le Parti bolchévique. Suite à l’échec des révolutions prolétariennes dans les pays européens plus avancés, particulièrement en Allemagne, une caste bureaucratique conservatrice dirigée par Staline usurpa le pouvoir politique à partir de 1923-1924. L’Union soviétique, profondément marquée par l’arriération héritée du tsarisme et des effets dévastateurs de la guerre impérialiste et de la guerre civile, disposait en abondance de minerai de fer, de pétrole, de bois et autres matières premières. Staline et Cie utilisèrent ce fait comme argument pour justifier l’idée réactionnaire et utopique que le socialisme pouvait être réalisé dans la seule Russie soviétique. Avec cette idée ils jetaient par-dessus bord la conception marxiste élémentaire que, pour réaliser le socialisme – une société d’abondance matérielle –, il faut le pouvoir ouvrier international, en particulier dans les pays industriellement développés.
Sur la base de son économie planifiée, l’Union soviétique connut dans les années 1930 une croissance phénoménale alors que le reste du monde était empêtré dans les effets de la crise de 1929. Mais l’URSS ne pouvait par ses seules ressources et ses seuls efforts rattraper, et encore moins dépasser, le niveau technologique et la productivité du travail des pays capitalistes avancés. Des décennies de pression militaire et économique impérialiste se conjuguèrent à la mauvaise gestion bureaucratique et à la trahison par les staliniens d’occasions révolutionnaires ailleurs dans le monde ; mortellement affaibli, l’Etat ouvrier soviétique fut détruit par la contre-révolution capitaliste en 1991-1992.
Suite à cette catastrophe, la direction du PCC s’est livrée à une étude interne destinée à réfléchir au moyen d’éviter un destin similaire tout en restant dans le cadre du programme stalinien nationaliste du « socialisme avec des caractéristiques chinoises ». Le régime a tiré notamment la conclusion que l’Union soviétique avait consommé trop de ressources à essayer de soutenir la concurrence avec les impérialistes sur le plan militaire et sur d’autres plans. Il a été décidé que la Chine, au contraire, étendrait et approfondirait ses liens avec le marché capitaliste mondial. Pékin est maintenant un partenaire si « responsable » sur le marché mondial que l’économiste en chef de la Banque mondiale, l’une des principales institutions qui mettent en œuvre les diktats impérialistes, est Justin Yifu Lin, un des économistes chinois les plus réputés !
Dans le cadre de sa stratégie de « mondialisation », la Chine soutient de plus en plus des interventions militaires menées dans le tiers-monde par les Nations Unies, une association de malfaiteurs impérialistes et de leurs victimes. Cela représente un tournant par rapport à la politique qu’avait adoptée le régime du PCC quand la Chine avait été admise à l’ONU il y a 40 ans. Comme l’observe Stefan Stähle dans « Le changement d’attitude de la Chine vis-à-vis des opérations de maintien de la paix menée par les Nations Unies », un article paru dans la revue universitaire China Quarterly (septembre 2008) :
« Au début, la Chine rejetait totalement l’idée d’un maintien de la paix par l’ONU. Pékin considérait toutes les interventions de l’ONU comme étant manipulées par les grandes puissances, notamment parce que la Chine avait été la cible de la première action de répression dirigée par les Etats-Unis et autorisée par les Nations Unies en 1951 [sic, c’était en fait en 1950] durant la guerre de Corée […]. Mais depuis 1981, lorsque la Chine a commencé à s’ouvrir au monde, les diplomates chinois ont voté en faveur de toutes les missions pour mettre en œuvre des tâches traditionnelles de maintien de la paix ou pour gérer des transitions. »
En clair, les « tâches de maintien de la paix » se traduisent par la répression sanglante et l’imposition du diktat impérialiste. La Chine a commis le crime de prêter ses propres forces militaires et de police à de semblables opérations de « maintien de la paix », de Haïti au Soudan. Comme le faisait remarquer Chris Alden dans son livre China in Africa (Zed Books, 2007), « La majorité des forces chinoises de maintien de la paix, en fait, sont basées en Afrique ; cela fait de la Chine, de tous les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, le plus gros contributeur aux opérations de maintien de la paix. » En tant qu’internationalistes prolétariens, nous exigeons que la Chine mette fin à sa participation aux missions militaires de l’ONU.
Etant donné que l’économie de la Chine continue à croître alors que les pays impérialistes sont empêtrés dans une récession apparemment sans fin – preuve la plus récente que le système de production pour le profit est source de crises –, il pourrait sembler que Pékin a effectivement trouvé un moyen de contourner les pressions qui, au bout du compte, avaient conduit l’Union soviétique à l’effondrement. Mais une telle idée repose sur une croyance fallacieuse dans la stabilité de l’ordre capitaliste mondial et dans les bonnes intentions envers la Chine de ses partenaires commerciaux impérialistes qui dominent le marché mondial.
En Chine même, la stupéfiante croissance économique a pour effet d’exacerber les tensions sociales et entre les classes. A cause notamment des « réformes de marché », un énorme fossé s’est creusé entre, d’une part, les responsables gouvernementaux corrompus, les entrepreneurs capitalistes et les petits-bourgeois privilégiés et, d’autre part, les centaines de millions de prolétaires – dans les entreprises d’Etat et les entreprises privées – et de paysans pauvres. Une vague de grèves l’an dernier dans les usines automobiles et autres entreprises privées n’en était qu’un aspect : il y a un énorme accroissement de ce que le régime du PCC nomme « incidents de masse » – arrêts de travail, assemblées de pétitionnaires, protestations contre la corruption, etc. Le nombre de ces incidents a été multiplié par deux depuis 2006, atteignant 180 000 en 2010.
Tôt ou tard, le régime stalinien mènera la Chine au bord du gouffre, ce qui posera la menace d’une contre-révolution capitaliste. Dans le même temps, l’antagonisme entre la bureaucratie et les masses travailleuses chinoises prépare le terrain pour une révolution politique prolétarienne pour chasser le régime stalinien parasitaire. Le prolétariat chinois a besoin de la direction d’un parti léniniste-trotskyste qui combatte les apôtres de la contre-révolution « démocratique » (notamment ceux qui affichent ce programme sous des couleurs « socialistes » ou même « trotskystes »), et qui arrache la classe ouvrière au nationalisme stalinien. Guidée par une telle direction, une Chine des conseils ouvriers et paysans promouvrait la révolution prolétarienne dans le monde. Avec les ouvriers au pouvoir, la capacité industrielle et technologique du Japon, des Etats-Unis et de l’Europe occidentale serait mise au service du développement de la Chine dans tous ses aspects dans le cadre d’un ordre socialiste mondial.
La « non-ingérence » : soutien au pouvoir bourgeois
En réponse à l’accusation de « néocolonialisme » de la Chine vis-à-vis de l’Afrique, beaucoup d’universitaires et de porte-parole du gouvernement chinois font valoir la politique suivie par Pékin de « non-ingérence » dans les affaires intérieures d’autres pays. Dans un article d’une revue universitaire, Liu Naiya faisait l’éloge de l’aide de la Chine aux ex-colonies en Afrique, la qualifiant de « “cadeau” au nationalisme africain de la part d’un pays socialiste. En d’autres termes, il s’agit d’un investissement politique rationnel – une grande démonstration de l’amitié fraternelle du communisme international » (« Avantage mutuel : l’essence des rapports sino-africains – réponse à l’accusation de “néo-colonialisme chinois en Afrique” », Xiya Feizhou [Asie de l’Ouest et Afrique], août 2006).
Les porte-parole du PCC aiment rappeler l’aide et le soutien diplomatique que la Chine avait donnés à certains mouvements africains qui luttaient pour l’indépendance contre le pouvoir colonial. Et il ne fait aucun doute que l’aide et les investissements chinois stimulent le développement dans beaucoup de pays africains. Mais c’est à mille lieues de l’internationalisme socialiste. Les accords commerciaux que signe la Chine s’accompagnent de la « condition politique » que Pékin ne fera rien pour contrarier ses partenaires commerciaux bourgeois. Ainsi les staliniens chinois aident à soutenir l’ordre capitaliste qui maintient les masses d’ouvriers et de paysans africains dans une misère extrême. L’empressement du PCC à soutenir des régimes bourgeois réactionnaires était manifeste dès la Conférence des nations afro-asiatiques de 1955 à Bandung, en Indonésie, lors de laquelle Zhou Enlai exposa les « Cinq principes de la coexistence pacifique », dont celui de s’abstenir de faire pression sur d’autres pays pour qu’ils changent de système économique. La justification « anti-impérialiste » de ce programme de collaboration de classes était usée jusqu’à la corde, comme le montrait clairement la politique de coexistence pacifique que menait au même moment le régime de Mao vis-à-vis du Japon, le bastion impérialiste de l’Asie.
En soutien à la politique de Pékin, on mentionne généralement la construction par la Chine de Mao du chemin de fer Tanzanie-Zambie dans les années 1970. C’était, il est vrai, une action significative qui avait nécessité un travail et des sacrifices énormes de la part des ouvriers chinois. Mais le PCC donnait simultanément un soutien politique au régime tanzanien de Nyerere alors que celui-ci réprimait les luttes syndicales élémentaires des ouvriers pauvres.
En cela, les staliniens chinois ont montré leur parenté politique avec la bureaucratie du Kremlin. L’aide soviétique fut cruciale dans la construction du barrage d’Assouan en Egypte, achevée en 1970. Avec cette aide étaient envoyés des conseillers militaires soviétiques, et même plus. En fait, Moscou a fourni au régime bonapartiste bourgeois égyptien de Nasser davantage d’armes modernes qu’au Nord-Vietnam pendant toute la lutte héroïque de celui-ci contre l’impérialisme américain ! Par ailleurs le Parti communiste soudanais, aligné derrière l’Union soviétique, s’était subordonné à l’homme fort nationaliste bourgeois, Nemeiri, et il trahit une occasion révolutionnaire qui se termina par un massacre des communistes au début des années 1970. Avec le même programme de collaboration de classes, le Parti communiste sud-africain (SACP) est plongé depuis 80 ans dans une alliance avec le Congrès national africain (ANC) et, aujourd’hui, il aide à faire appliquer les diktats du capitalisme de néo-apartheid, dans le cadre du gouvernement bourgeois dirigé par l’ANC.
Les marxistes révolutionnaires reconnaissent qu’un Etat ouvrier peut être contraint de signer des accords commerciaux et diplomatiques avec des Etats capitalistes. Mais il ne faut pas confondre cela avec la tâche du parti communiste, qui est de diriger la lutte pour la révolution prolétarienne. Au temps de Lénine, l’Etat ouvrier soviétique a signé en 1922 le traité de Rapallo avec l’Allemagne capitaliste, un accord qui incluait une coopération militaire. Simultanément, les bolchéviks constituaient la force dirigeante dans l’Internationale communiste, cherchant à forger des partis communistes en mesure de diriger les ouvriers, notamment en Allemagne, jusqu’à la prise du pouvoir.
Un régime révolutionnaire chercherait également à utiliser les biens détenus à l’étranger comme arme dans la stratégie prolétarienne internationaliste. Léon Trotsky a abordé cette question au sujet du chemin de fer de la Chine orientale qui avait été construit par la Russie tsariste dans le but de piller la Chine, et qui était resté propriété soviétique après la révolution d’Octobre. En 1929, deux ans après avoir massacré des dizaines de milliers de communistes et autres militants chinois, le régime de Chiang Kai-shek provoqua un conflit militaire avec l’Union soviétique, qui était alors dirigée par la bureaucratie stalinienne, au sujet du contrôle du chemin de fer. Dans « La défense de l’URSS et l’opposition » (septembre 1929), Trotsky s’élevait contre ceux qui traitaient d’« impérialiste » la stratégie soviétique dans cette affaire. Il soulignait : « Nous considérons le chemin de fer de la Chine orientale comme un des instruments de la Révolution mondiale, et, plus immédiatement, des Révolutions russe et chinoise. […] Mais tant que nous aurons des possibilités et des forces, nous protégerons cette voie contre l’impérialisme, la préparant à être livrée à la Révolution chinoise si celle-ci est victorieuse. »
Trotsky poursuivait : « Le caractère d’entreprises socialistes de cet ordre, la direction qui leur sera donnée, les conditions de travail, tout cela doit être réglé de manière à relever l’économie et la culture des pays arriérés avec l’aide du capital, de la technique, de l’expérience des Etats prolétariens plus riches, pour le plus grand avantage des deux parties. » Trotsky envisageait ainsi la façon dont une dictature prolétarienne en Grande-Bretagne procéderait en Inde avec les concessions des anciens dirigeants impérialistes :
« En même temps, l’Etat ouvrier, sans abandonner lesdites concessions, devrait en faire l’instrument, non seulement d’un relèvement économique de l’Inde, mais de sa future reconstruction socialiste. Il va de soi qu’une telle politique, indispensable également dans l’intérêt de la consolidation d’une Angleterre socialiste ne pourrait être appliquée qu’en complet accord avec l’avant-garde du prolétariat indien et devrait assurer des avantages évidents aux paysans de l’Inde. »
La trahison antisoviétique du PCC
La perspective tracée par Trotsky est diamétralement opposée au programme nationaliste et antirévolutionnaire des staliniens chinois. On en voit une preuve frappante dans l’alliance criminelle qu’avait forgée le régime de Mao avec l’impérialisme américain contre l’Union soviétique que les maoïstes fustigeaient et calomniaient, disant qu’elle était « social-impérialiste » et l’« ennemi principal » des peuples du monde.
L’un des fruits de cette trahison fut la dévastation de l’Angola par des décennies de guerre. Après avoir arraché son indépendance du Portugal en 1975, le pays fut précipité dans une guerre civile entre trois forces de guérilla nationalistes : le MPLA, l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) et le Front national pour la libération de l’Angola (FNLA). Au début, nous n’avions, en tant que marxistes, donné de soutien à aucun des camps en présence, qui étaient tous des mouvements nationalistes petits-bourgeois aspirant à consolider un régime bourgeois.
Cette situation allait cependant vite changer. Avec l’aide de l’Union soviétique, le MPLA prit le contrôle de la majorité des zones importantes, y compris Luanda, la capitale, et proclama l’Angola « république populaire ». En réaction, les Etats-Unis imposèrent l’unification de l’UNITA et du FNLA et leur fournirent des armes pendant que l’Afrique du Sud et le Portugal envoyaient des centaines de soldats pour essayer de renverser le MPLA. La guerre civile se transforma ainsi en guerre par procuration entre l’impérialisme américain et l’Etat ouvrier dégénéré soviétique. Les marxistes avaient clairement un côté dans ce conflit : pour la victoire militaire du MPLA. La Chine de Mao, au contraire, soutint activement le FNLA/UNITA financé par la CIA et envoya même des instructeurs militaires pour entraîner les assassins anticommunistes. Les responsables américains firent remarquer que Washington était en position de « réduire l’aide aux mouvements anticommunistes, parce nous étions satisfaits de laisser les Chinois faire le travail sur le terrain » (cité dans le Monde, 5 décembre 1975). Cette déclaration témoignait bien du rôle joué par la Chine. Autant pour la « non-ingérence » !
Quand les troupes sud-africaines lancèrent un blitzkrieg en direction de Luanda, un journal officiel chinois, Peking Review (21 novembre 1975), publia une déclaration politique venant de haut qui condamnait « l’expansion et l’ingérence grossière de l’Union soviétique », et ne mentionnait même pas l’invasion par l’armée de l’apartheid ! L’aide soviétique puis l’intervention des héroïques troupes cubaines renversèrent finalement la situation, et les agents des impérialistes et leur garde avancée sud-africaine furent refoulés. Mais la guerre civile se prolongea. Les ponts avaient été détruits par les bombes, les mines terrestres jonchaient les routes rurales et les champs, et les infrastructures urbaines s’étaient quasiment effondrées, ce qui aggrava énormément la profonde arriération du pays.
Les masses angolaises ont payé de leur sang la trahison des staliniens chinois, qui ont par la suite su profiter de la misère de l’Angola et d’autres pays d’Afrique subsaharienne à laquelle ils avaient eux-mêmes contribué. Plus fondamentalement, dans la mesure où le PCC a aidé matériellement les forces antisoviétiques réactionnaires soutenues par l’impérialisme, de l’Afrique australe à l’Afghanistan dans les années 1970 et 1980, il a contribué à la destruction de l’URSS elle-même, une défaite catastrophique pour les ouvriers et les opprimés du monde entier, y compris en Chine.
Pour l’internationalisme prolétarien !
Du fait qu’ils sont guidés par les intérêts nationaux étroits de la bureaucratie de Pékin, les investissements de l’Etat chinois à l’étranger dressent souvent les entreprises chinoises et leurs dirigeants contre les ouvriers qu’ils emploient. Les mines, installations pétrolières et projets de construction financés par la Chine surgissent un peu partout en Afrique, mais s’accompagnent d’abus contre les ouvriers : pratiques de recrutement discriminatoires, bas salaires, actions ouvertement antisyndicales. Une étude citée par Deborah Brautigam dans The Dragon’s Gift a révélé que des entreprises de construction chinoises en Namibie violaient les lois sur le salaire minimum et l’obligation de formation dans le cadre de la « discrimination positive », et qu’elles ne versaient pas les cotisations sociales. Les ouvriers chinois en Afrique mènent aussi bataille contre les mauvais traitements dont ils sont victimes. Selon Brautigam, lorsque 200 ouvriers chinois du BTP en Guinée équatoriale se sont mis en grève en mars 2008, il y a eu des heurts avec les forces de sécurité locales qui se sont soldés par la mort de deux ouvriers.
Il y a un fait que la presse bourgeoise, tout comme celle de gauche, passe virtuellement sous silence : parmi les pires attaques contre les ouvriers africains, beaucoup sont menées par des entrepreneurs chinois privés qui se collent comme des sangsues aux programmes d’investissement de la Chine, avec l’approbation de Pékin. En 2010 deux contremaîtres chinois ont abattu 13 mineurs dans la mine de charbon de Collum en Zambie au cours d’une protestation pour les salaires. L’année suivante les autorités zambiennes ont décidé de ne pas engager de poursuites, ce qui a provoqué la colère en Zambie. La mine, que la presse présentait comme « appartenant à des Chinois », n’était pas une entreprise d’Etat mais la propriété d’un investisseur privé, gérée par ses quatre frères cadets.
Les marxistes soutiennent les ouvriers qui luttent pour les droits syndicaux ainsi qu’un salaire et des avantages sociaux décents, y compris lorsqu’ils luttent contre des employeurs chinois. En même temps, il faut combattre les démagogues nationalistes et les dirigeants syndicaux traîtres qui, sous prétexte des abus contre les ouvriers, prennent le train en marche des impérialistes contre la Chine. Par exemple, la COSATU, confédération syndicale sud-africaine, membre de l’Alliance tripartite aux côtés de l’ANC et du SACP, vitupère depuis longtemps contre les importations de vêtements chinois qui coulent les fabricants locaux.
Avec ce genre de protectionnisme, on répand le mensonge que le prolétariat (majoritairement noir) d’Afrique du Sud aurait un « intérêt national » commun avec la classe capitaliste (majoritairement blanche) sud-africaine ; cela montre la banqueroute des bureaucrates de la COSATU qui prétendent défendre la solidarité ouvrière internationale. Cela nourrit également la campagne pour la contre-révolution en Chine en renforçant la main des impérialistes, dont la puissance militaire et économique constitue un obstacle formidable à la révolution prolétarienne en Afrique du Sud et ailleurs. La défense de la Chine et des autres Etats ouvriers déformés – Cuba, Corée du nord, Vietnam et Laos – est d’une importance vitale pour lutter pour un avenir socialiste en Afrique, dont la classe ouvrière sud-africaine, combative et stratégiquement concentrée, détient la clé. On ne fera pas de nouveaux acquis si on est incapable de défendre ceux que l’on a déjà !
Les marxistes doivent aussi combattre le chauvinisme qui imprègne la bureaucratie d’Etat chinoise et ses représentants à l’étranger. Du fait que les budgets et les délais sont fixés par Pékin, les sociétés chinoises emploient souvent des ouvriers venant de Chine plutôt que recrutés localement. Pour défendre ces pratiques, le directeur général de la China National Overseas Engineering Corporation, une entreprise d’Etat, déclarait : « Les Chinois sont capables de supporter de très grosses charges de travail. Il s’agit d’une différence culturelle. Les Chinois travaillent jusqu’à ce que la tâche soit terminée et ils se reposent ensuite. » Il se plaignait que les ouvriers zambiens étaient « comme les Britanniques » : « Ils font la pause pour prendre le thé et ils ont beaucoup de jours de congé. Pour notre société de construction, cela signifie que ça coûte beaucoup plus cher » (cité par Chris Alden dans China in Africa). Ces commentaires en disent long sur le mépris qu’éprouvent les bureaucrates chinois vis-à-vis des ouvriers, tant africains que chinois.
Un gouvernement des conseils ouvriers et paysans en Chine qui hériterait des activités à l’étranger d’entreprises d’Etat chinoises ferait des efforts particuliers pour recruter et former des ouvriers locaux, avec des droits syndicaux et des salaires et avantages sociaux supérieurs à ceux pratiqués localement. De même, un tel régime réglerait leur compte aux bourgeois qui ont pris de l’ampleur en Chine suite aux « réformes de marché » et qui ont aussi trouvé une place en Afrique. Surtout, il suivrait les traces de l’Etat ouvrier soviétique des premières années en œuvrant à la victoire du pouvoir ouvrier sur l’ensemble de la planète. C’est pour forger les partis léninistes d’avant-garde nécessaires pour diriger cette lutte que la LCI combat pour reforger la Quatrième Internationale, le parti mondial de la révolution socialiste.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/198/chine.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

PSA Aulnay : Hollande élu pour gérer les fermetures d’usines - Pour une lutte de classe contre les capitalistes et leur gouvernement ! (Septembre 2012)

https://archive.is/lzUKz
Le Bolchévik nº 201 Septembre 2012
Moins de quatre semaines après les élections législatives et la victoire définitive du PS de François Hollande tombait l’annonce par Peugeot SA (PSA) de la fermeture de son usine d’Aulnay-sous-Bois en région parisienne. Plus de 3 000 ouvriers ont la tête sur le billot du Capital, sans compter une dizaine de milliers de travailleurs chez les sous-traitants. Il s’agit de la plus grosse usine de tout le département du 9-3, déjà sinistré par le chômage et la désindustrialisation. La misère et l’oppression raciste n’y font que s’aggraver depuis la révolte des banlieues de 2005, qui avait commencé à Clichy-sous-Bois, non loin d’Aulnay.
Il semblerait qu’en France il faille des gouvernements dirigés par le Parti socialiste pour gérer de grandes fermetures d’usines automobiles. En 1989 c’était sous un gouvernement Mitterrand-Rocard qu’avait été annoncée la fermeture de l’usine de Renault-Billancourt, fermée en 1992. En 1997 c’était au tour du gouvernement Jospin (avec participation du PCF) de faire passer la fermeture par Renault de son usine de Vilvorde, dans la banlieue de Bruxelles. Et maintenant c’est Hollande qui commence son quinquennat avec la fermeture de l’usine d’Aulnay.
Et ce n’est que le hors-d’œuvre des attaques prévues par ce gouvernement. Il a déjà annoncé une série de hausses d’impôts notamment sur les heures supplémentaires et sur le tabac, en attendant d’ici la fin de l’année une augmentation substantielle de la CSG payée par les travailleurs. Il taille à la hache dans les emplois de fonctionnaires. Il procède à la destruction systématique et sans précédent des abris précaires des Roms. Les déportations de sans-papiers se poursuivent par milliers, tout particulièrement à Mayotte où un bébé est mort dans un camp de rétention au mois d’août.
Manuel Valls, nouveau ministre des flics, a décrété des « zones de sécurité prioritaire », autrement dit le renforcement de la terreur policière raciste dans les banlieues ouvrières. Et il a eu du résultat immédiatement : à la mi-août, une violente émeute de flics, commencée par l’attaque policière d’une cérémonie de deuil d’une famille d’origine maghrébine, a secoué pendant plusieurs jours les quartiers d’Amiens. Comme sous Sarkozy, le gouvernement vise deux franges de la population que bien peu sont prêts à défendre, les Roms et les jeunes de banlieue, pour renforcer l’appareil de répression capitaliste contre toute la classe ouvrière. A bas la terreur raciste des flics contre les jeunes de banlieue ! Pleins droits de citoyenneté pour tous ceux qui sont ici, y compris les Roms !
Comme nous l’avions fait avec Mitterrand ou Jospin, nous avons fait campagne au début de l’année contre tout vote pour le candidat Hollande. Si Hollande s’était présenté en son propre nom comme candidat du PS, nous nous serions aussi opposés à son gouvernement capitaliste et nous aurions appelé à ne pas voter pour lui. Le PS est un parti ouvrier-bourgeois, c’est-à-dire qu’il se revendique encore (du bout des lèvres) du mouvement ouvrier et s’appuie sur les bureaucraties syndicales, mais sa direction et son programme sont totalement procapitalistes.
En France un gouvernement « de gauche », cela veut dire un bloc de partis sociaux-démocrates, comme le PS ou le PCF, avec des forces bourgeoises pour gérer ensemble le capitalisme – un « front populaire ». Avec un tel bloc, les réformistes donnent des garanties par avance que les Peugeot, les Bettencourt et les autres quelques centaines de familles qui forment la bourgeoisie française seront fidèlement servis, avec austérité anti-ouvrière, privatisations et terreur raciste. Hollande poursuit cette tradition en gouvernant avec les Verts de Duflot, les Radicaux de gauche de Baylet et le Mouvement républicain et citoyen de Chevènement. Les travailleurs doivent rompre avec les traîtres sociaux-démocrates et la collaboration de classes. Ils ont besoin de leur propre parti révolutionnaire, agissant dans leur intérêt de classe et s’engageant à lutter pour le renversement de ce système capitaliste pourri. A bas le front populaire !
Nous avions mis en garde qu’un gouvernement Hollande allait attaquer les travailleurs tout comme celui de Sarkozy, à la différence que Hollande allait bénéficier du soutien des bureaucrates syndicaux : Bernard Thibault, chef de la CGT, a ainsi appelé directement à voter pour lui. Alors que de nombreuses usines se retrouvent confrontées à des plans de licenciements, voire la fermeture pure et simple, avec PSA Aulnay en première ligne, la direction de la CGT laisse chaque syndicat se débrouiller seul. Ainsi, la hiérarchie de la CGT boycotte depuis avril toute mobilisation de sa base parisienne contre le plan de suppressions d’emplois de PSA, que ce soit pour les rassemblements du 28 juin et du 25 juillet à Paris ou du 12 juillet à Aulnay. Le soutien au gouvernement des chefs syndicaux contribue à faire dérailler les luttes des travailleurs.
Crise de l’automobile et crise du capitalisme
La crise de l’industrie automobile est profonde dans toute l’Europe, et elle reflète la crise de l’Union européenne (UE) elle-même. La crise financière mondiale, qui a éclaté en 2008 dans le secteur financier, a débouché en Europe sur une crise de surproduction tout à fait classique. Y compris en Allemagne, pratiquement le seul pays de l’UE où les ventes automobiles ne se sont pas effondrées ces derniers mois, General Motors s’apprête à fermer son usine de Bochum dans la Ruhr, une région sinistrée depuis des décennies par la crise de la sidérurgie et la désindustrialisation. Les ventes d’automobiles sont en recul de 40 % en Grèce sur les cinq premiers mois de l’année suite à l’austérité drastique imposée par Merkel et Sarkozy (maintenant aggravée par Merkel et Hollande) – tout cela dans le but de renflouer notamment les banques allemandes et françaises « victimes », par effet boomerang, de leur propre spéculation effrénée sur la dette des Etats les plus faibles de l’UE.
Nous sommes depuis toujours opposés à l’Union européenne et à ses prédécesseurs. L’UE est un consortium impérialiste instable composé d’Etats-nations distincts, dirigé par l’Allemagne et de façon subordonnée par la France. Le but de ces Etats dans l’alliance est de mieux saigner leur propre classe ouvrière au nom de la « concurrence libre et non faussée », de mutualiser partiellement la chasse raciste aux immigrés et de faire front commun si possible contre leurs rivaux impérialistes américains et japonais ainsi que contre l’Etat ouvrier déformé chinois. Nous écrivions déjà en janvier 1973 (Workers Vanguard n° 15) : « A l’époque impérialiste, les alliances entre Etats capitalistes, y compris sous leurs aspects économiques, sont tournées contre d’autres Etats, qu’ils soient des Etats avancés ou retardataires. Le Marché commun est fondamentalement une alliance instable entre le capitalisme français et le capitalisme allemand basée sur les politiques économiques les plus réactionnaires. »
Chaque gouvernement capitaliste de l’UE est le comité exécutif de sa propre classe capitaliste nationale, et ces classes se livrent entre elles une concurrence aujourd’hui exacerbée par la crise économique. L’aiguisement de ces contradictions internes à l’UE pousse inexorablement cette dernière vers l’implosion, et c’est aux ouvriers qu’est présentée la facture. Nous disons : A bas l’Union européenne capitaliste-impérialiste ! A bas la Banque centrale européenne et l’euro !
Peugeot n’a de son point de vue d’autre solution que de saccager ainsi la vie de milliers de travailleurs : les pertes sont énormes ces derniers mois ; le marché européen, qui est le principal marché de PSA, est en pleine déconfiture et cela ne peut que s’aggraver au fur et à mesure que la spirale récessionniste happe davantage de pays. Peugeot est « trop petit », c’est-à-dire que la concentration du capital se poursuit au niveau international à un niveau jamais vu et que Peugeot figure aujourd’hui parmi les perdants de cette lutte impitoyable. Un cartel de plus en plus restreint de compagnies contrôle une part croissante du marché, et ces cartels eux-mêmes ne font que préparer de nouvelles luttes plus féroces encore pour la suprématie mondiale. Ce processus inexorable, broyant les vies, broyant au passage des sociétés capitalistes séculaires, résulte de la nature même du capitalisme en tant que système irrationnel de production : la production est socialisée et centralisée dans d’immenses entreprises planifiant la production internationalement, mais la production est déterminée non par les besoins objectifs de l’humanité mais par le taux de profit qu’une entreprise peut tirer ou pas de l’exploitation de sa main-d’œuvre salariée.
Ce genre de crise économique et de concentration des monopoles a déjà conduit par deux fois l’humanité dans des guerres mondiales où des millions de travailleurs ont péri sur l’autel du profit. Une nouvelle guerre mondiale risquerait de finir avec l’annihilation de l’humanité tout entière. Lénine, le révolutionnaire bolchévique russe, l’avait déjà expliqué dans l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, un ouvrage d’une actualité brûlante encore aujourd’hui alors qu’il avait été écrit en pleine boucherie impérialiste de la Première Guerre mondiale, en 1916. Il n’y a pas de solution pour les travailleurs sous le capitalisme. Il faut le renverser par la révolution socialiste. L’entremêlement des économies au niveau européen ne rend que plus urgente l’extension d’une telle révolution à tout le continent pour exproprier les capitalistes et réorganiser l’économie sur la base d’une planification internationale pour répondre aux besoins de l’humanité et non à la soif de profit des capitalistes. Pour les Etats-Unis socialistes d’Europe !
Pour un programme de transition vers la révolution socialiste
L’ampleur de la crise ne fait que souligner la nécessité d’une issue révolutionnaire internationaliste. Le reste n’est que « panacée » de charlatan réformiste. Ainsi, la revendication du « partage du travail entre les usines du groupe PSA » que met en avant Lutte ouvrière (Lutte de Classe, juillet-août 2011) face au plan de fermeture de l’usine d’Aulnay, est en elle-même qualitativement insuffisante pour répondre aux attaques que subissent ces travailleurs, car le problème ne peut être résolu seulement dans le cadre de PSA. Soit ce partage se ferait avec diminution de salaire, ce que ne peuvent accepter des travailleurs qui déjà végètent au bord de la misère, soit il amènerait Peugeot, en piètre situation financière sur les marchés des capitaux, à la faillite.
Il faudrait élargir la mobilisation non seulement à tout le groupe PSA mais au-delà, y compris à l’ensemble de l’industrie automobile. Il faut lutter pour le partage du travail entre toutes les mains, sans perte de salaire, en étendant cette revendication à tous les travailleurs : non seulement tous les intérimaires doivent obtenir des contrats en CDI, mais aussi ceux qui travaillent chez les sous-traitants comme ceux de Magnetto sur le site de PSA Aulnay, ainsi que dans les usines sous-traitantes externes aux sites de PSA, où les syndicats sont encore plus faibles qu’à Aulnay et où règne souvent l’arbitraire patronal ; ces entreprises doivent être intégrées ou réintégrées dans PSA, sur la base de la meilleure grille de salaires et d’avantages sociaux. Cela pose la question d’un syndicat industriel regroupant dans une même organisation tous les travailleurs employés dans la branche et luttant pour imposer une convention collective qui soit digne de ce nom. Et cela non seulement au niveau français mais européen : les travailleurs de Trnava en Slovaquie (où le chômage des jeunes est de 40 % depuis la contre-révolution capitaliste), de Bochum (Opel) en Allemagne et de Vigo (PSA, Denso...) en Espagne doivent aussi avoir la même grille de salaires. C’est ainsi qu’on peut stopper l’offensive des patrons pour diviser entre eux les travailleurs d’Europe et les dresser les uns contre les autres.
Des milliers d’emplois d’intérimaires notamment ont déjà été supprimés à PSA ces dernières années. Le chômage ronge les quartiers de banlieue comme la cité des 3000 à Aulnay, où le chômage des jeunes avoisine les 50 % ; les enfants, les petits-enfants des travailleurs marocains ou turcs qui ont fait la fortune de Peugeot et d’autres trusts capitalistes eux aussi ont droit à un emploi décent. A travail égal, salaire égal, quel que soit le sexe ou l’origine ethnique !
Ce sont des revendications minimales pour la survie de la classe ouvrière. Les capitalistes disent évidemment qu’ils n’en ont pas les moyens, et ils n’en ont pas l’intention non plus. Pour mettre en œuvre une telle perspective, ce qui est nécessaire c’est que les travailleurs eux-mêmes prennent en charge l’organisation de l’embauche et du travail. Cela pose la question du contrôle ouvrier sur la production, et en fait du renversement de tout le système capitaliste. Cela pose la question d’exproprier les capitalistes et de réorganiser toute l’économie européenne et mondiale sur une base collectivisée, avec une planification internationale centralisée.
Les réformistes au chevet du système capitaliste en pleine putréfaction
L’obstacle à la lutte pour ce programme, le seul qui corresponde aux intérêts véritables de la classe ouvrière, ce sont les directions traîtresses de la classe ouvrière qui sont aujourd’hui complètement prostrées devant le gouvernement des patrons. Le mouvement ouvrier ici ne s’est toujours pas remis de la destruction contre-révolutionnaire de l’Union soviétique il y a 20 ans, une immense défaite qui pèse sur le moral des travailleurs en permettant aux capitalistes de poursuivre une campagne déchaînée sur la « mort du communisme », c’est-à-dire la soi-disant indépassabilité du capitalisme.
Commençons par les discours protectionnistes du ministre du Redressement du taux de profit, Arnaud Montebourg : en préconisant de plutôt fermer des usines dans d’autres pays Montebourg pousse les travailleurs de France à penser qu’ils auraient des intérêts communs plutôt avec la famille française Peugeot qu’avec les travailleurs de l’automobile dans d’autres pays. Peugeot joue d’ailleurs là-dessus en prétendant qu’il a déjà trop sacrifié à l’unité nationale en ne délocalisant pas suffisamment. La vérité c’est que les capitalistes n’investissent que selon le taux de profit qu’ils peuvent en retirer ; c’est en fonction de cela qu’ils choisissent là où ils investissent. Les travailleurs ont une arme pour contrer cette politique capitaliste du diviser pour mieux régner, c’est l’unité internationaliste de la classe ouvrière, ce qui pose la nécessité de reforger une internationale révolutionnaire, la Quatrième Internationale de Léon Trotsky.
En cherchant à empêcher la solidarité internationale des travailleurs, les sociaux-démocrates préparent de nouvelles défaites. On voit à PSA SevelNord à Hordain dans le département du Nord les premiers résultats de cette politique dévastatrice des acquis ouvriers avec l’accord signé le 26 juillet par Force ouvrière, la CGC et le SIA, un syndicat-maison à la solde de Peugeot, pour diminuer les salaires et augmenter le temps annuel de travail en échange d’un maintien de la production sur place au lieu de son transfert à Vigo en Espagne ; ce qu’il faut au contraire, c’est une lutte commune des travailleurs de Peugeot de Vigo et Madrid à Aulnay, Sochaux et Trnava (Slovaquie).
Quant au PCF, il fait maintenant le service après-vente de la promesse de Hollande/Montebourg de fermer l’usine d’Aulnay sans trop de troubles sociaux. On n’attendait rien d’autre d’un parti qui se considère comme faisant partie de la majorité présidentielle. Là où Hollande a expliqué dans son interview du 14 juillet qu’il allait offrir des subventions à Peugeot pour faire passer le plan de licenciements, Marie-George Buffet, députée PCF, s’est empressée de prétendre dans l’Humanité (16 juillet) que « l’intervention de François Hollande redonne un peu d’espoir ». Elle a osé qualifier de « phrase forte » la déclaration de Hollande que « ce plan est inacceptable », alors que Hollande avait immédiatement ajouté « en l’état » : autrement dit il est acceptable moyennant quelques pilules soporifiques comme de vagues promesses de reclassement et de formation ainsi que la création d’un « parc industriel » sur le site.
Prenons le NPA qui promeut dans ses colonnes à l’occasion la « décroissance », une idéologie capitaliste et chrétienne réactionnaire d’abstinence répandue par des curés comme Ivan Illich (voir par exemple Tout est à nous ! La revue, mai). Ces gens-là, qui souvent mènent une petite existence confortable dans des appartements bien chauffés et qui utilisent le dernier cri des communications modernes, expliquent au fond qu’après tout les travailleurs pourraient un peu, voire totalement, se passer de voiture. Ils sont la quintessence même de la régression du niveau de conscience du mouvement ouvrier ; ils expriment ouvertement l’opposition à la conception marxiste du socialisme, basée sur un développement énorme des forces productives permettant enfin de libérer l’humanité du besoin matériel.
Il reste dans le NPA quelques petits groupes qui se prétendent à gauche, par exemple la « tendance claire » dirigée par d’ex-lambertistes. C’est tout dire de leur pseudo radicalisme qu’ils cherchent à construire une organisation commune avec les « décroissants » réactionnaires et les partisans du « Conseil national de transition » libyen installé au pouvoir l’année dernière par les bombardements de l’OTAN et de l’impérialisme français.
La « tendance claire » demande dans un tract (diffusé lors du rassemblement devant le siège de PSA du 25 juillet) la nationalisation de PSA « sous contrôle des travailleurs », présentée comme la seule « solution durable ». Ce tract de 4 pages ne mentionne même pas le socialisme ou la révolution, pas même comme perspective lointaine, autrement dit il se présente explicitement dans le cadre du système capitaliste existant. Trotsky polémiquait dans le Programme de transition contre ce genre de « mot d’ordre réformiste bien vague de “nationalisation” » en précisant que l’expropriation de certains groupes capitalistes ne peut être une revendication des révolutionnaires que dans la mesure où :
« 1) Nous repoussons le rachat ; 2) Nous prévenons les masses contre les charlatans du Front populaire qui, proposant la nationalisation en paroles, restent en fait les agents du capital ; 3) Nous appelons les masses à ne compter que sur leur propre force révolutionnaire ; 4) Nous relions le problème de l’expropriation à celui du pouvoir des ouvriers et des paysans. »
La « tendance claire », elle, a non seulement fait campagne pour Philippe Poutou qui faisait campagne pour « dégager Sarkozy » (c’est-à-dire élire le front populaire de Hollande), elle refuse de relier l’expropriation de Peugeot au pouvoir ouvrier. En demandant la nationalisation par l’Etat capitaliste, elle demande simplement à celui-ci de fournir au Français Peugeot les capitaux nécessaires aux investissements de modernisation indispensables pour faire face à l’Allemand Volkswagen. Hollande/Montebourg s’est dépêché à sa manière de cracher au bassinet avec son plan de soutien à la filière automobile.
Le NPA va jusqu’à exiger de l’Etat capitaliste l’« interdiction des licenciements » (une revendication phare de Lutte ouvrière également). Mais le chômage est inhérent au capitalisme ; s’il a trop tendance à baisser les capitalistes n’ont de cesse, par divers moyens, qu’il ne remonte pour faire pression sur les salaires. De prôner l’« interdiction des licenciements », c’est faire croire que l’Etat peut servir aux travailleurs contre les capitalistes. Les marxistes au contraire expliquent que l’Etat, c’est essentiellement des bandes d’hommes armés, les flics, l’armée, les matons, dont la fonction est de maintenir par la force le système d’exploitation capitaliste. On ne peut l’utiliser pour satisfaire les besoins des travailleurs, il faut le détruire par une révolution socialiste et le remplacer par le pouvoir des travailleurs organisés en conseils ouvriers ou soviets.
Lutte ouvrière en première ligne à PSA Aulnay
Lutte ouvrière (LO) a été plus critique du plan gouvernemental, dénonçant l’hypocrisie de Hollande qui « fait semblant de s’indigner de l’attitude de PSA » (éditorial de Lutte Ouvrière du 16 juillet). A qui le disent-ils ? Lutte ouvrière déclare maintenant qu’ils se sont abstenus il y a deux mois lors de l’élection présidentielle ; ils ont peut-être dit cela confidentiellement à leur périphérie, mais par contre devant les millions de téléspectateurs, dans leur presse, dans leurs journaux d’entreprise, ils se sont contentés de parler d’un « choix personnel » entre voter Hollande ou s’abstenir (éditorial de Lutte Ouvrière du 23 avril), donnant ainsi à penser que de donner un soutien politique à Hollande par son vote était une simple question de goût. Ils ont ainsi encouragé indirectement les travailleurs à penser que l’élection de Hollande pouvait représenter un moindre mal, et ils portent ainsi eux-mêmes une part de responsabilité pour les attaques qui pleuvent maintenant. Et ceci est d’autant plus vrai pour ceux qui ont directement appelé à voter pour Hollande sous prétexte de se débarrasser de Sarkozy, que ce soit Jean-Luc Mélenchon et le Front de gauche ou le NPA de Philippe Poutou.
A Aulnay, le rôle principal dans la partition réformiste, c’est Lutte ouvrière qui est en train de le jouer. LO contrôle depuis des années le principal syndicat ouvrier de l’usine d’Aulnay, la CGT, et ils ont de l’influence dans la CGT d’un grand nombre d’autres usines du groupe. Il y a un an ils ont rendu publics les plans de PSA pour fermer l’usine d’Aulnay, des plans qui sont maintenant mis en œuvre jusque dans les détails. A sa fête en mai dernier, LO a tenu un grand meeting sur l’automobile où ils se sont vantés d’avoir révélé les plans des patrons et d’avoir patiemment construit depuis un an une mobilisation de jusqu’à 800 ouvriers prêts à se battre. Jean-Pierre Mercier, dirigeant de la CGT dans l’usine et candidat de Lutte ouvrière à toutes les élections (sauf aux présidentielles où il était porte-parole de Nathalie Arthaud), s’est vanté que la situation était « vraiment saine », que les travailleurs ont depuis un an en permanence « un coup d’avance » sur les patrons, etc.
Un camarade de la LTF est alors intervenu lors du débat en dénonçant la stratégie de LO de faire pression sur le gouvernement : ils venaient de passer un an à demander des entrevues à Sarkozy, champion de la promesse solennelle non tenue, pour essayer d’obtenir son « engagement écrit » en faveur des travailleurs de PSA. Mercier était tout nu. Dans son discours de conclusion du meeting, changeant complètement de registre, il s’est d’un seul coup lancé dans une diatribe contre les travailleurs d’Aulnay, les accusant de ne pas être « en colère » et de ne pas être prêts à lutter. C’est l’argument classique du bureaucrate syndical qui rejette sur les travailleurs le fait que lui-même casse toute mobilisation lutte de classe.
A Aulnay, la CGT a construit sous la direction de LO toute son activité depuis un an autour d’un bloc avec le syndicat maison, le SIA (« Syndicat indépendant de l’automobile »). A la fête de LO, Jean-Pierre Mercier insistait ainsi que le SIA est un « vrai syndicat », même si LO sait pertinemment qu’il s’agit d’une créature de la direction des « ressources humaines », celle qui maintenant met en œuvre la fermeture de l’usine. Encore il y a un an LO dénonçait le SIA dans la revue destinée à ses cadres Lutte de Classe (juillet-août 2011) : « la présence des militants du SIA est pesante » à Aulnay ; et maintenant le SIA va « peser » avec LO contre les patrons ?
Le prédécesseur direct du SIA, la CSL de sinistre mémoire, s’était livré à de brutales attaques physiques contre les militants de la CGT dans les usines de Poissy et d’Aulnay lors des grandes grèves du début des années 1980. Que ce genre de « syndicat » soit entièrement d’accord avec les tactiques préconisées par la direction de la CGT en dit long sur l’abject réformisme de Lutte ouvrière. En toute une année ils se sont contentés de faire quelques actions ponctuelles, y compris une manifestation un samedi après-midi dans la ville d’Aulnay avec le maire PS de la ville. LO donne ainsi au SIA une légitimité auprès des ouvriers, un crédit dont le SIA aura bien besoin pour casser une mobilisation ouvrière sérieuse pour défendre les emplois cet automne.
Le SIA est la continuation directe de la CSL et avant elle de la CFT et, indirectement, si l’on remonte aux origines du « syndicalisme » propatronal français au début du XXe siècle, de la Fédération nationale des jaunes de France (par opposition aux rouges de la CGT). C’est de là que vient l’appellation de « jaunes » pour dénoncer les briseurs de grève. Des militants de la CFT (Confédération française du travail) avaient en 1977 assassiné sur un piquet de grève Pierre Maître, un syndicaliste des Verreries mécaniques champenoises à Reims. La CFT s’était alors renommée CSL (Confédération des syndicats libres) et elle avait fait le coup de main contre les grandes grèves de l’automobile des premières années Mitterrand. Nous écrivions dans un article « Chassez la CSL » (le Bolchévik n° 34, juillet-août 1982) : « La CFT/CSL, c’est une organisation explicitement anti-ouvrière. Elle existait avant, mais elle a crû surtout en réaction à Mai 68. Elle est explicitement anticommuniste, anti-CGT, anti-CFDT, explicitement destinée à chasser les organisations ouvrières des usines. » La CSL a ainsi physiquement attaqué les grévistes de la CGT notamment lors de la grande grève de Talbot-Poissy (aujourd’hui PSA) en 1983-1984 (voir le Bolchévik n° 44, janvier 1984).
Jean-Pierre Mercier, qui est dans l’usine d’Aulnay depuis 16 ans, espère peut-être que les travailleurs avancés ont oublié tout cela lorsqu’il réhabilite le SIA, nouvel avatar de la CFT/CSL. Il propage ainsi l’ignorance, ce qui est typique des ouvriéristes petits-bourgeois. Mais il suffit de feuilleter quelques tracts du SIA pour voir qu’ils sont en tout point fidèles à leurs propres traditions : « Les élus SIA restent convaincus que la seule façon de nous faire entendre c’est dans le calme et la sérénité. Il est hors de question de donner l’occasion à la direction générale de dire qu’à Aulnay “c’est le bordel” car on leur rendrait service. Nous voulons conserver les emplois sur Aulnay et montrer que les salariés d’Aulnay “ne sont pas des sauvages” comme certains veulent le faire croire » (flash S.I.A./G.S.E.A. du 17 janvier 2012). On voit là tout le racisme paternaliste de ces jaunes du SIA qui enjoignent aux travailleurs marocains de montrer qu’ils sont des hommes, pas des sauvages, en aidant à sauver les profits de la famille Peugeot.
Au lieu de forger l’unité des travailleurs sur un programme de lutte de classe, contre la politique de « responsabilité » de la direction du SIA, Mercier et Cie font alliance au sommet avec celle-ci, et sur son programme de collaboration de classes avec le patron. Et cela se reflète aussi dans leur politique à l’extérieur de l’usine : toute la politique de LO à la tête de la CGT consiste à alimenter les illusions envers l’Etat capitaliste. Les opérations-spectacles envisagées avec le SIA ont elles-mêmes pour but explicite de faire pression sur le gouvernement Hollande-Montebourg. Nathalie Arthaud l’a déclaré pour LO à la télévision le 13 juillet, elle veut faire croire que l’Etat capitaliste doit et peut déclarer « nul et non avenu » le plan de Peugeot – autrement dit interdire les licenciements chez PSA.
Jean-Pierre Mercier lui-même a déclaré dans un communiqué de presse de la CGT PSA Aulnay du 15 juillet qu’au fond, à part le blabla sur une loi au parlement sur l’interdiction des licenciements (à voter par le PS, d’après Lutte Ouvrière du 20 juillet), il voudrait simplement que l’Etat capitaliste continue à subventionner le capitaliste Peugeot pour que les ouvriers soient au chômage partiel (dispositif dit APLD ou « activité partielle de longue durée ») plutôt que renvoyés directement à Pôle emploi : « L’Etat a les moyens d’intervenir : […] En imposant à PSA de respecter les accords signés comme celui sur le chômage partiel (APLD) où l’employeur s’est engagé à maintenir les emplois en contrepartie du bénéfice de subventions publiques » (en gras dans l’original).
En lui demandant d’empêcher les fermetures d’usines et de prendre ainsi une « mesure de salut public » (ibid.), LO sème la confusion parmi les travailleurs. Là où ceux-ci nous disent que Sarkozy ou Hollande c’est tout pareil et que c’est des ennemis des travailleurs, LO ramène les ouvriers à se tourner vers l’Etat capitaliste pour obtenir de l’aide de celui-ci. LO veut même utiliser l’Etat capitaliste pour régler les querelles internes au mouvement ouvrier ; la CGT de PSA-Aulnay, contrôlée par LO, est apparemment allée jusqu’à traîner le syndicat SUD devant la justice capitaliste l’année dernière ! Ce genre d’intervention de l’Etat dans les affaires du prolétariat ne peut se faire qu’au détriment de la classe ouvrière dans son ensemble. Ce n’est là qu’un exemple de comment ils alimentent les illusions dans l’Etat capitaliste. Après l’annonce des licenciements à Aulnay, leur correspondant sur place écrivait dans Lutte Ouvrière (20 juillet) : « S’il a fallu des luttes pour imposer ces acquis [comme les congés payés ou la journée de travail de sept heures], ce sont bien des lois qui ont obligé les patrons à les respecter ! Et les lois, jusqu’à nouvel ordre, c’est le Parlement qui les vote et l’Etat qui les fait appliquer. » Pour des marxistes, c’est une vérité élémentaire que les lois ne font qu’entériner le rapport des forces dans la lutte des classes et non pas l’inverse. Un parlement contrôlé par LO (hypothèse absurde pour commencer) pourrait voter toutes les lois qu’il veut, un escadron de flics viendrait un beau matin simplement disperser ces bavards le jour où la bourgeoisie déciderait que la comédie parlementaire a assez duré.
Ce que fait Lutte ouvrière à Aulnay n’est rien de nouveau. Lors de l’importante grève d’il y a cinq ans, LO avait promené les grévistes de mairie capitaliste en mairie capitaliste pour obtenir des subsides, avec l’argument fallacieux que le travail des maires c’était soi-disant de « résoudre les problèmes sociaux » (brochure de LO sur la grève d’Aulnay) ! Le travail des maires, qui représentent à l’échelon local le pouvoir exécutif de l’Etat capitaliste, c’est de résoudre les problèmes sociaux causés aux capitalistes par les travailleurs et les opprimés qui ne veulent pas rester à leur place, ce n’est pas de résoudre les problèmes sociaux causés aux travailleurs par l’exploitation capitaliste. Pour cela il faut d’autres forces et un autre programme. Comme l’écrivait Lénine dans l’Etat et la révolution (août 1917) :
« Selon Marx, l’Etat est un organe de domination de classe, un organe d’oppression d’une classe par une autre ; c’est la création d’un “ordre” qui légalise et affermit cette oppression en modérant le conflit des classes. Selon l’opinion des politiciens petits-bourgeois, l’ordre est précisément la conciliation des classes, et non l’oppression d’une classe par une autre ; modérer le conflit, c’est concilier, et non retirer certains moyens et procédés de combat aux classes opprimées en lutte pour le renversement des oppresseurs. »
Les « politiciens petits-bourgeois » de LO avaient tellement aimé le commerce des municipalités capitalistes que l’année suivante, en 2008, ils se sont présentés dans rien moins que 168 villes et bourgades. Dans plus de 60 de ces localités, LO faisait liste commune avec le PCF ; dans plusieurs autres cas, comme à Belfort, elle se retrouvait derrière des politiciens bourgeois purs et simples (Lutte de Classe, avril 2008), tout cela dans l’objectif de faire partie d’une majorité de gestion municipale ! A Aubervilliers, LO faisait campagne sur une plate-forme électorale PCF se lamentant que « le nombre de policiers affectés à notre ville est insuffisant » ! Quiconque habite ce genre de banlieue ouvrière sait que le boulot du maire, c’est de gérer les quotas racistes dans les HLM, expliquer aux parents qu’il n’y a pas de place en crèche ni à la maternelle pour les moins de trois ans – et envoyer les flics terroriser à longueur de journée les jeunes à la peau trop foncée. Nous disons que le mouvement ouvrier doit défendre les jeunes de banlieue contre la terreur raciste des flics !
Il y a cinq ans, lors de la dernière grève significative à Aulnay, LO avait fait des pieds et des mains pour offrir à la candidate d’alors du front populaire, Ségolène Royal, une plate-forme électorale devant l’usine d’Aulnay. LO avait alors prétendu que « Ségolène Royal en tournée électorale est venue dire aux grévistes qu’ils ont raison » – alors qu’en fait elle était venue enjoindre aux travailleurs présents d’être fiers de leur entreprise et « réconcilier les Français avec l’entreprise » (voir notre article dans le Bolchévik n° 180, juin 2007). LO a cyniquement utilisé la grève d’Aulnay pour préparer sa base au fait qu’elle allait quelques semaines plus tard appeler à voter pour Ségolène Royal.
Les tactiques syndicales de LO résultent de sa politique réformiste, qui sur le fond ne se différencie pas le moins du monde de celle du NPA. Elle proclamait ainsi en février 2008 dans Lutte de Classe que « Par définition, l’activité municipale, comme l’activité syndicale ne peuvent être révolutionnaires, mais sont réformistes. » Les leurs en tout cas. Ils cherchent simplement à négocier un meilleur deal avec Montebourg, Hollande et Peugeot pour les travailleurs de PSA tout en restant dans le cadre du capitalisme français en crise : une équation qui ne peut pas avoir de solution favorable aux travailleurs.
Il faut poser carrément la nécessité de renverser ce système en pleine décomposition. La révolution socialiste paraît lointaine aujourd’hui, mais la Révolution russe de 1917 a montré que c’est possible, en dépit de sa dégénérescence ultérieure sous Staline et de sa défaite finale en 1991-1992. Les bolchéviks n’avaient pas renoncé parce que la Commune de Paris avait été noyée dans le sang en 1871. Les organisations politiques du mouvement ouvrier qui vous disent aujourd’hui que le socialisme a prouvé son échec avec l’URSS sont des agents stipendiés ou inconscients de l’ordre capitaliste. La révolution prolétarienne est la seule perspective pour les travailleurs du monde. Nous luttons pour construire le parti bolchévique multiethnique, multiracial, qui un jour renversera le capitalisme dans ce pays dans le cadre d’une lutte pour les Etats-Unis socialistes d’Europe.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/201/psa.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

MyD-Business TV - YouTube Mr. Nadir Merah, Chef de la Division Commerce de l'UA sur Télé Sahel Mazars France - YouTube Est-ce que ça marche ? BCP : offensive sur l'automobile

ESPACE AUTOMOBILE D'AUVERGNE, Société par action simplifiées au capital de 2 225 000€, a débuté son activité en février 2002. HOLDING BONY est président de la société ESPACE AUTOMOBILE D'AUVERGNE. Le siège social de cette entreprise est actuellement situé 8 rue Louis Bleriot - 63100 Clermont ferrand ESPACE AUTOMOBILE D'AUVERGNE évolue sur le secteur d'activité : Commerce et ... Dans le cadre du programme Euro Post Alternance Leonardo da Vinci en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, Ile de France. Au sein du Service Finance en tant que stagiaire : aide au passage de la comptabilité aux normes IAS/IFRS, tenue de la comptabilité statutaire. du même secteur. Classement par chiffre d'affaires du département « Pas de Calais » Liste d'entreprises dans le domaine d'activité « Commerce de voitures et de véhicules automobiles légers » du département « Pas de Calais » Constructeur automobile depuis 1898, nous sommes présents dans 134 pays et avons vendu près de 3,8 millions de véhicules en 2019. Pour répondre aux grands défis technologiques du futur et poursuivre notre stratégie de croissance rentable, nous nous appuyons sur notre développement à l’international et misons sur la complémentarité de nos cinq marques : Renault, Dacia, Renault ... Il s’agit de Daimler. Le constructeur allemand a lancé la semaine passée un avertissement sur ses résultats 2018 en conséquence de la mise en place prévue de nouvelles taxes sur les véhicules exportés des États-Unis vers la Chine.. L’action du propriétaire de la marque Mercedes-Benz a dérapé de 4,3% le 21 juin, emportant avec elle tout le secteur européen.

[index] [3083] [1336] [4566] [5455] [781] [4942] [2590] [2278] [453] [5017]

MyD-Business TV - YouTube

Audition sur le Bitcoin & Monnaies virtuelles par le Département des Services Financiers de l'Etat de New York (NYDFS) - Partie 2/2 - 28 janvier 2014 Panel 1 sur 5 : Le point de vue des investiss... Le choix d'un statut juridique pour l'entreprise n'intervient que lors de la concrétisation du projet, c'est-à-dire au moment de l'enregistrement de l'entreprise et de son immatriculation ... Le groupe bancaire a ainsi réuni à Tanger, le mercredi 04 octobre 2017, l’Association Marocaine pour L'Industrie et le Commerce Automobile (AMICA), la Fédération des Industries des ... Gestionnaire du commerce de détail ... le métier de vendeur automobile - Duration: 2:20. Metiers - services auto 13,414 views. 2:20. 12 Year Old Boy Humiliates Simon Cowell - Duration: ... Mr. Nadir Merah, Chef de la Division Commerce du Département du Commerce et de l'Industrie au sein de la Commission de l'Union Africaine était l'Invité de l'Entretien du Dimanche sur Télé ...

http://arabbinaryoption.forex-account.club